5 QUESTIONS : ANTONY LOPEZ

Anto est un vrai pro. Toutes les fois où nos chemins ses sont croisés, il a fait son job de skateboarder. Entendez par là qu’il répond aux messages, qu’il est à l’heure aux rendez-vous et qu’il ne se dégonfle pas quand il faut aller sauter un gap en switch ou quand on lui met un dictaphone sous le nez. Pensez ce que vous voulez de lui, de sa dégaine sortie tout droit des années 90, de sa tendance à être un peu trop sérieux mais le fait est qu’il vit du skate depuis bien plus longtemps que la plupart des pros européens…

Antony_Lopez_SWnosegrindSwitch FS nosegrind, Lyon 2015

1_Quelle est la différence entre le Barcelone de l’époque où tu es arrivé et aujourd’hui ?
Le Barcelone d’avant et celui d’aujourd’hui n’est plus le même, mais pas autant changé que le marché du skate et le skate en général. Barcelone reste la ville du skate, c’est un peu plus « cramé » qu’avant mais ça reste une bonne base. Ça perd un peu en underground, ça se déplace pas mal dans les skateparks et ça exploite un peu moins la rue…

2_Est-ce que c’est parce que ça devient de plus en plus compliqué de skater dans la rue ?
Dans le centre-ville c’est grillé, mais il y a de plus en plus de spots, la ville n’arrête pas de se construire, on découvre encore des spots. Donc non, et si tu regardes, ça reste la ville numéro un comme destination pour les tournées.

« POUR L’AMBIANCE, JE DIRAIS SAN FRANCISCO… »

3_En dehors de Barcelone, quelle est ta Mecque du skate ?
Disons que j’ai besoin de me déplacer dans d’autres pays pour me rendre compte que chez moi c’est la Mecque. Mais sinon, je dirais la Chine. Et pour l’ambiance, je dirais San Francisco. J’hésite même à aller m’installer là-bas, parfois…

4_Tu vis toujours uniquement du skate ? Je crois savoir qu’il y a eu des moments difficiles avec « la crise »…
Oui, mais ça dépend avec qui tu travailles. J’ai vécu la crise, mais ça va, l’important c’est d’avoir du back up, quelques autres sponsors qui vont bien.

Antony_Lopez_BSflipBS flip, Barcelona 2007

4bis_Sans vouloir te traiter de vieux, tu as la trentaine maintenant, est-ce que tu commences à penser à une reconversion ?
Oui, ça m’arrive parfois de penser à « après ». Je n’ai pas spécialement envie de travailler dans le skate, la direction que ça prend ne m’enthousiasme pas plus que ça. L’idée serait de faire tout autre chose, ou commencer quelque chose en même temps, investir dans un truc par exemple… Pas tourner la page tout de suite, vu que là je viens d’avoir ma board chez Western Edition, et j’ai encore envie de faire plein de choses, mais on ne sait pas vraiment ce qu’il va se passer demain, ça va très vite…

5_Tu te vois faire quoi ?
Déjà, je me vois rester à Barcelone, j’ai envie d’avancer là-bas, peut-être faire un truc dans le tourisme.

Ça se développe toujours malgré la crise ?
Il y a la crise en Espagne, mais Barcelone ce n’est pas en Espagne ! Barcelone est une ville qui tient l’Espagne, qui pourrait la faire remonter, c’est 3 millions de touristes chaque année, c’est super intéressant !

Entretien réalisé à Lyon, le 21 mai 2015.

Donnez votre avis

*