5 QUESTIONS : DAMON WAY

Just in case you forgot: DC means Droors Clothing. And if you came into the picture after 2001, be sure that Droors was something fresh in the 90′s. Damon Way is Danny’s big brother and both were the spark of both brands. Following the 90′s revival trend and the re-edition of some puffy shoes of a time when DC was the shit, Droors is back, starring Damon Way just like on day one. 
VERSION FRANÇAISE EN BAS DE PAGE

damonway2019

 ’I WAS PRETTY YOUNG, YEAH’

We’re in the early nineties, there’s no internet, no cellphones, technically, how do you start a shoe company?
We had an idea to reimagine skate shoes in a way that was more similar to the way big athletic footwear brands approached technical design and innovation. At the time there were only cup-sole and vulc styles across a handful of brands… Airwalk, Vans, Etnies and Duffs. We felt we could completely flip it with something that was much more dynamic. Our challenge though was to figure out how to make them with no experience or reference points. Before this we had made some Droors shoes through Vans, so we went to them to see if they would help us develop this new brand idea but we got turned down. Next we went to Pierre Andre (Sénizergues) who agreed to help us,  which in retrospect was a seriously cool given that he had his own brand and was more or less empowering us to compete with him. The relationship there only lasted for a single production run… After our shoes sold out we went back to make more and he said that he wanted to the license the brand from us, but would not make shoes in this vender-like relationship. We had about a month to figure it out and as luck would have it I met a Korean guy named Jay Baek at his store in San Diego called Jay’s Birkenstock. We got to talking and he told me he could make shoes… So we invited him up to our offices to take a look at what we were doing. He took our Colin McKay sample and came back in a couple weeks with a perfect match. At that moment we had the confidence to turn down the licensing offer from Pierre and break away to be on our own. After about a 10 year run with DC,  Jay left and ultimately became partners with Keith Hufnagel to develop the footwear program for Huf.

How old were you?
Twenty-three…

I can’t picture myself at 23 going into the shoe business…
I was pretty young, yeah, maybe 24.

Droors came in..
1992.

And DC followed 2 years later?
Yeah.

At some point Droors and DC split I believe…
They were always managed separately, I mean in the same company but with different brand elements, meaning Droors had a different team, etc. There was some crossover but each brand had its own aesthetic and marketing campaigns and DC was a very different brand. In 1998 though, we sold Droors to World Industries, so after that it was managed by them until 2001. Then we focused all of our energy on DC and expanded on the apparel program.

Droors video ad, 1999 (under WI) 

’90′S SKATEBOARDING VERSION OF STÜSSY »

Do you have any idea how it died, back then?
Yeah, World Industries didn’t know how to manage an apparel company. They thought they could do it but it didn’t work out.

20 years later, how different is Droors gonna be?
We will see, I don’t know! I think it’s important to re-establish a foundation to the brand which is very 90’s, very athletic, very baggy. Then we’ll grow from there and see where it goes. But it should have new ideas, it should embrace new inovations and things different than in the past.

Back then Droors and DC were based on innovations, but nowadays it’s pretty hard to innovate…
No, there’s always new ideas, there’s always creativity.

Is there a skate team in the works?
We don’t have that sorted out, yet, but think that the best potential representative for the brand right now is John Shanahan. He doesn’t officially ride for Droors, but he is very much aligned with its ethos.

How is the company operated now?
Through DC. There’s no one solely dedicated to Droors right now… Just DC people that do it on the side. I am sure that will change over the next 12 months.

What’s the response in general?
Very good, there has also been a lot of interest and curiosity surrounding it… Lots of nostalgia as it’s 90’s skateboarding’s version of Stüssy.

I mean Stüssy’s always been involved into skateboarding in a way…
Hmmm… Their presence in skateboarding has always felt a bit passive.

Really?
Yeah, their origin is deeply surf based… Shawn Stüssy was a surfboard shaper.

I guess back then the way it was distributed here made it look like it was… I don’t know.
It was cool as everybody wanted to wear it but they weren’t a skate brand perse but rather a surf brand with an east coast street angle.

What is your input in the company now?
Just running oversight on the brand and making sure that it stays in the right lanes.

Where does the Droors name come from?
It was slang for your boxers or pants in the west coast ghetto… And since we started as a denim jeans brand, it seemed to make sense.

Who came up with the name?
I think Ken (Block) did.

jordandroorschrome

‘WE COPIED AN OLD DOORS ALBUM’

What about the Doors logo?
That was mine.

You’re a big fan of the Doors?
Ummm no, it worked because we had a skateboarder named Jordan Richter that looked like Jim Morrisson, so we made an ad and copied a Doors album cover and their typeface.

I can’t even remember Jordan Richter being on the team. What was the original team again?
I don’t remember exactly… Scott Johnston, Alfonso Rawls, Bill Weiss, Rob Dyrdek, Lance Conklyn, Wade Speyer, John Drake…

Wade Speyer?
He was one of our first team riders! We took him and Alphonso Rawls to Japan in 1992 for an early days skate tour.

What is Ken Block up to, these days?
He races rally cars and make films under his Hoonigan brand.

Sorry, I have to ask you that question : how’s Danny doing?
He is good mentally and spiritually, but pretty beat up psychically… So many years of the extreme stuff that he does has taken a toll on his neck, knees and ankles. He is always pushing through to the next thing though.

Interview recorded in Paris on January 21st, 2019

droors-ad-big-brother

Au cas où vous l’auriez oublié, DC sont les initiales de Droors Clothing. Et au cas où vous êtes arrivé dans le skate après 2001, sachez que Droors était un truc sacrément cool dans les années 90. Damon Way est le grand frère du Danny du même nom, et tous les deux en sont à l’origine. Avec le revival des 90′s et le succès des ré-éditions des vieux modèles qui ont fait les grandes heures de DC (aux alentours de 2000), Droors ressort du placard, avec Damon Way comme au premier jour. Entretien business !

‘J’ÉTAIS ASSEZ JEUNE, OUI…’

On est au début des années 90, il n’y a pas d’internet, pas de téléphone portable, techniquement, comment est-ce qu’on lance une marque de chaussures ? 
On voulait faire des skate shoes de la même manière que les grosses marques de sport en terme de design et d’innovation. À l’époque il n’y avait que des cupsoles ou des vulcanisées sur le marché et seulement quelques marques : Airwalk, Vans, Etnies et Duffs. On se disait qu’on pouvait changer tout ça en un truc plus dynamique. Le challenge était donc de faire ça sans expérience ni référence. Avant ça on avait pu faire quelques modèles de chaussures Droors avec Vans donc on est retourné les voir pour leur demander de nous aider à développer cette nouvelle idée (DC – NDLR) mais ils n’ont pas voulu. Alors on est allé voir Pierre André (Sénizergues) qui nous a aidé… Rétrospectivement, c’était vraiment cool de sa part vu qu’il avait déjà sa propre marque et que c’était participer plus ou moins au lancement d’un nouveau concurrent. Mais on n’a fait qu’une seule production avec lui. Après avoir tout vendu en précommande, on est retourné le voir pour en faire plus et c’est là qu’il nous a dit qu’il voulait nous acheter la license de la marque, et plus uniquement être s’occuper de la production. On a réfléchi pendant un mois et puis par un coup de chance, j’ai rencontré un Coréen qui s’appelle Jay Baek qui tenait un magasin à San Diego : Jay’s Birkenstock, et qui m’avait dit qu’il était capable de faire des shoes. Alors on l’a invité au bureau voir les samples qu’on avait, et il est reparti avec la Colin McKay. Deux semaines plus tard, il nous l’a rapporté avec une autre copie parfaite. C’est là qu’on a décidé de décliné la proposition de Pierre André et de voler de nos propres ailes. Après dix ans chez DC, Jay a fini par partir et s’est associé avec Keith (Hufnagel) pour développer les shoes pour Huf.

Tu avais quel âge, à l’époque ?
Vingt-trois ans…

Je ne serais pas imaginé à 23 ans me lancer dans une marque de skate-shoes…
J’étais assez jeune, oui, peut-être 24 ans.

Droors est arrivé en…
1992.

Et DC a suivi deux ans plus tard ?
Oui.

Et Droors et DC ont fini par se séparer…
Les deux marques faisaient partir de la même entreprise mais étaient gérées différemment. Certains aspects comme le team étaient différents. Il y avait quelques trucs en commun mais chaque marque avait sa propre identité, sa propre esthétique, etc. En 1998, on a vendu Droors à World Industries donc après ça, ce sont eux qui ont géré jusqu’en 2001, et nous, on s’est concentré sur DC, à développer les vêtements notamment.

Tu sais pourquoi Droors est mort à ce moment-là ?
Oui, World Industries n’avait aucune idée de comment gérer une marque de vêtements. Ils pensaient en être capable pas ça n’a pas marché.

Vingt ans plus tard, en quoi Droors sera différent de ce qu’il était ?
Je ne sais pas… On verra ! Je pense qu’il est important de ré-établir les fondations de ce que la marque était dans les années 90 : très baggy, très sport. On verra ensuite comment ça se passe. Mais il faut qu’on apporte de nouvelles idées, qu’on innove et qu’on apporte des choses différentes du passé.

A l’époque Droors et DC pouvaient innover, aujourd’hui c’est plus difficile…
Non, il y a toujours des nouvelles idées à trouver.

Est-ce qu’il y a un team en préparation ?
On n’a pas encore vraiment bossé là-dessus mais je pense que le meilleur représentant qu’on a aujourd’hui c’est John Shanahan. Il n’est pas officiellement sponsorisé par Droors mais il correspond parfaitement !

Comment est gérée la marque, aujourd’hui ?
On est chez DC. Personne n’est encore dessus à 100%… Ce sont des gens de chez DC qui font ça en parallèle. Mais je suis sûr que ça va changer dans l’année.

Comment réagissent les gens, au retour de Droors, d’une manière générale ?
Très bien, ça suscite beaucoup d’intérêt et de curiosité… Il y a beaucoup de nostalgie, parce que Droors était plus ou moins la version skate de Stüssy.

whatever-happened-to-droors-clothing-3-misc_inline_1270x846

Bah, Stüssy a toujours été un peu dans le skate, quand-même…
Hmmmm… Ils ont toujours été assez passifs dans le skate.

Tu trouves ?
Oui, ils viennent du surf. Shawn Stüssy était un shaper de surfs.

Vu d’ici, de la façon dont c’était distribué, ça avait l’air un peu plus skate…
C’était cool, tout le monde voulait porter ça mais ce n’était pas vraiment une marque de skate, plutôt une marque de surf avec un côté « east-coast » urbain…

Quelle est ton implication chez Droors aujourd’hui ?
Je supervise la marque, je m’assure qu’elle reste dans la bonne direction.

D’où vient le nom ?
C’était de l’argot « west coast » pour tes caleçons ou tes pantalons… Et vu qu’on a commencé par faire des jeans, ça collait bien.

Qui a trouvé le nom ?
Je crois que c’est Ken (Block).

Et le logo The Doors ?
C’est moi.

T’es fan des Doors ?
Hmmmm… Non, mais ça marchait parce qu’on avait un rider qui s’appelait Jordan Richter qui ressemblait à Jim Morrisson. On avait fait une pub qui copiait un de leurs albums avec la même typo…

Je ne me souviens même pas que Jordan Richter avait été chez Droors. Qui composait le team original ?
Je ne me souviens plus vraiment… Scott Johnston, Alphonso Rawls, Bill Weiss, Rob Dyrdek, Lance Conklyn, Wade Speyer, John Drake…

Wade Speyer ?
C’était un des tout premiers riders ! On l’avait emmené, lui et Alphonso Rawls au Japon en 1992, le tout premier tour.

Que devient Ken Block ?
Il fait des rallies et des films avec sa boîte : Hoonigan.

Bon, désolé, mais il faut que je te pose la question. Comment va Danny ?
Il va bien mentalement mais physiquement il est bien cassé de partout… Toutes ces années de trucs extrêmes lui ont bien abimé le dos, les genoux et les chevilles. Mais il arrive toujours à trouver des nouveaux trucs à faire…

Entretien réalisé à Paris le 21 janvier 2019.

Donnez votre avis

*