5 QUESTIONS : FRANCISCO SACO

(Scroll down for english version)

Impossible de ne pas devenir pote avec ce petit barbu rondouillard. Faites une session ou allez boire un coup avec lui et vous serez condamné à lui faire l’accolade à chaque nouvelle rencontre (remarquez, c’est toujours mieux que la bise entre mecs. À part à Marseille où ça se fait depuis toujours, qu’est-ce qui a fait que tout d’un coup, il y a cinq ans, tout le monde (en France) s’est mis à se faire la bise ? Bizarre…). Francisco est celui qui a réalisé la vidéo Homo Pop Gun, dont l’avant-première a eu lieu à Paris la semaine dernière.

Francisco_par_MalteSPhoto : Malte Spitz

1_Qui es-tu ?
Je m’appelle Francisco Saco. Je suis né à Miami, j’ai grandi au Costa Rica et je vis à Berlin. Je réalise des vidéos et j’essaye d’en vivre depuis la capitale allemande, en explorant les différentes formes de mon travail. Le skate étant l’une de ces formes.

2_Comment as-tu fini par t’installer à Berlin ?
J’ai étudié à Londres pendant un an et je voulais rester. J’avais visité Berlin pour le Berlin Film Festival et j’avais bien aimé la ville. J’ai la chance d’avoir un passeport européen alors j’avais décidé que si je ne le faisais pas maintenant, je n’aurais peut-être plus la chance de pouvoir m’installer en Europe. Alors j’ai déménagé à Berlin, il y a six ans. Je ne pensais pas rester si longtemps !

« TOUT EST CENTRALISÉ SUR LE STREET PUR »

3_Qu’est-ce qui rend la scène berlinoise si spéciale ?
C’est une grande ville avec des tas de spots connus, mais aussi des tas de trésors cachés qui restent encore à découvrir. Et je trouve que la scène allemande n’a parfois pas la reconnaissance qu’elle devrait avoir, alors qu’il y a des gens intéressants et des vrais talents. Il arrive qu’elle soit parfois à la traîne par rapports à d’autres scènes européennes, mais à l’inverse, c’est aussi ce qui la démarque et attire autant de gens. De plus en plus de skaters étrangers s’y installent plus ou moins définitivement, et de plus en plus de skaters allemands y débarquent dans l’espoir de percer. Il y a plein de styles et de groupes différents, et il est parfois difficile de trouver sa place. J’ai eu la chance de rencontrer des types de différentes parties de la ville et c’est la raison pour laquelle mes vidéos sont des gros mélanges de skaters de différents horizons. Je trouve ça cool. J’aime bien ce mélange improbable de styles. A part ça, c’est un chouette endroit où tout est plus centralisé sur le street pur. Ce n’est peut-être pas grâce au bétonnage massif que subissent des villes comme Paris ou Copenhague où certains spots peuvent paraître recyclés, mais il y a toujours ce mélange d’architecture du début des années 2000 avec les vieux quartiers industriels de l’Est qui datent d’avant la chute du Mur qui rend les spots intéressants autant pour le skate que pour la vidéo. Ce ne sont pas des spots faciles mais il méritent toujours qu’on s’y attarde. Tu peux facilement t’éloigner des spots connus et toujours trouver des spots sympa dans toute la ville. Il faut simplement explorer. Et c’est une ville géniale pour ça. Tu prends ton vélo, ta board dans le dos et c’est parti.

Video Diays, réalisée en 2013.

4_Pourquoi est-ce que tu ne filmes qu’en Hi-8 ?
J’ai trouvé ma niche dans le Hi-8. J’ai toujours trouvé la HD trop propre pour du skate. Je le pense toujours mais je dois admettre que j’ai adouci un peu mon discours et que je ne suis plus aussi strict. Il y a des trucs vraiment bien réalisés en HD, évidemment, mais bon, quand tu en bouffes tous les jours sur le net, tu peux finir par croire que tout est cool en HD. Mais ce n’est pas vrai. Cette année aura d’ailleurs été marquée par le retour de la VX… Mais bon, au final, c’est le skate qui parle et il y a tellement de bons « filmeurs » aujourd’hui et autant de façons de filmer et monter que ça devient difficile de faire quelque chose d’unique qui sorte du lot. Pour moi, le Hi-8 m’a donné l’occasion de m’affranchir de choses que j’aurais pu faire en HD ou même en VX. C’est plus basé sur une nostalgie et un aspect granuleux qui se perd lorsque l’image est trop propre. J’ai trouvé mon style dans là-dedans et j’ai l’impression que c’est la raison pour laquelle ça intéresse les gens.

5_Où est-ce qu’on pourra voir la vidéo ?
Elle sera en ligne courant de la semaine prochaine sur le site Kingpin et j’espère pouvoir faire quelques DVD par la suite.

Entretien réalisé par mail le 28 octobre 2014. Le Vimeo de Francisco, c’est .

 

1_Who are you ?
I am Francisco Saco. Born in Miami, raised in Costa Rica, based in Berlin. I’m a filmmaker trying to make a living in the German capital, doing all sorts of things. Exploring different forms for my work. Skateboarding happens to be one of those forms.

2_How did you end up in Berlin ?
I studied in London for a year and knew I didn’t want to stay there. I had visited Berlin for the Berlin Film Festival and quite liked the city. I’m fortunate enough to have EU citizenship, so I decided if not now then when would I have the chance to live in Europe. So I moved to Berlin and its been six years now. Never expected to be here that long.

3_What’s so special about that scene ?
Its a big city with so many well known spots, but so many hidden treasures left yet to explore. And sometimes the German scene doesn’t get enough due, but there are some real solid people and good talent out here. Sometimes its a scene that has to play catch up to some of the other bigger scenes in Europe, but other times it really sets itself apart and draws in a lot of people for mostly the right reasons. As its become more hyped, more international skaters have made it their home on and off, and more guys from across Germany come here to try and make it the place they want to blow up in. There’s a lot of different styles and crews and you can end up finding things you don’t mesh with and things you do. I’ve been lucky enough to have met a lot of guys from different parts so that a lot of my video work seems like a potpourri/chaos mix of dudes that have come here to rip. Its nice I find. I quite like that hectic mix of people. Overall, I feel its a place where there’s a mayor emphasis on pure street skating. It may not be going through the construction boom that say Copenhagen or Paris are going through and some spots may feel a bit recycled, but there is still that mix of the new architecture from around the early 2000′s with the old Eastern block factory spots from before the fall of the wall to make most spots interesting and look good on video. They are not the easiest spots to skate, but definitely worth trying to get something at. You can go far from the well-established spots here and still find great things to skate all over the city. You just have to want to go exploring. Its a great city to do that in. Get on the bike, sling your board around your back and go.

4_Why do you film in Hi-8 ?
I found my niche in Hi-8. I’ve always said I find HD too clean for skateboarding, and I still think that, but I guess I’ve softened up and not as strict on that anymore. Some really nice work is being done on HD, to state the obvious, but still, when you are confronted with so much of it on a daily basis online, you may look past that and think all of it looks good. It doesn’t. But this definitely was a year for VX revivalism. I think above all the skateboarding has to do the talking, but there are so many damn good filmers out there and so many options for filming and editing, that how do you make something feel unique? How do you make it stand out? I feel that Hi-8 has given me the opportunity to do stuff and get away with things that I obviously couldn’t have done with HD or even VX. Some people call it the trash aesthetic, and I understand that, but I don’t fully agree. Its more nostalgia based and that aspect of grittiness that can get lost when the image is too clean. I’ve been able to find a voice through Hi-8 and I tend to think my videos stand out a bit more because of it.

5_Where will we be able to watch the video ?
The video will be premiered online exclusively via Kingpin within the next week or so and DVD copies will hopefully be available soon as well.

Donnez votre avis

*