5 QUESTIONS : OSCAR CANDON

Depuis le temps que ça aurait dû arriver, cette fois les 5 questions à Oscar, c’est fait ! Bon, par contre, ça s’est transformé en une petite discussion entre collègues du Tour Sans Fin, qu’on s’est promis, un jour, de reprendre…

Oscar_BPstaleBeanplant stalefish ou un truc du genre, Besançon 2013

C’est comment la « vie de pro » ?
Ah ah ah ! Mais je ne suis pas encore pro, moi !

A part le pro-model, tu mènes la vie d’un pro, non ?
Plus ou moins… C’est un peu comme avant sauf qu’au lieu de bouffer des kebabs, je vais bouffer Chez Justine ! Ah ah ah ! Plus sérieusement, la « vie de pro » a des bons et des mauvais côtés…

Quels sont les mauvais côtés ?
Je vais me faire tuer, mais je dirais l’importance que les marques donnent au fait que les riders doivent savoir se vendre via les réseaux sociaux et compagnie.

En gros, tu dois faire le boulot toi-même, à leur place.
Exactement. Après, si c’est poster une photo de temps en temps avec un hashtag, c’est pas si terrible, mais bon…

Oscar_SWpolejam180Tching ! Switch pole jam 180, Tour Sans Fin #5, Marseille 2013

Oui, mais peut-être qu’avec la disparition de certains magazines, c’est devenu un nouveau support de communication, au lieu de t’exprimer dans des interviews, tu t’exprimes par ce biais-là…
C’est vrai, mais c’est trop différent, c’était bien de bosser sur les interviews ! A la fin tu étais content !

Enfin, ça n’a pas complètement disparu non-plus…
Bah regarde Kingpin

Tu bosses sur une interview pour un magazine, en ce moment ?
Non, c’est bon ! Enfin, si… Il faut que je retourne en septembre aux États-Unis pour essayer de faire un truc avec Thrasher. Mais bon, il faut voir si j’arrive à faire des trucs assez bien pour que ça passe dans le mag.

Tu viens de passer pas mal de temps aux États-Unis. C’était comment ?
C’était long ! Mais c’était bien. Niveau skate c’était dingue, mais deux mois et demi sans voiture, t’es toujours dépendant de quelqu’un, donc c’est pas terrible.

Pas si bien que ça, alors, « la vie de pro » ?
Ah ah, si, « la vie de pro » en Europe !

Quels sont les bons côtés de « la vie de pro », alors ?
Bah, même si je ne suis pas Crésus, je dirais que c’est de ne pas trop avoir de souci d’argent. On a tellement galéré à l’époque avec Rémy (Taveira), les jumeaux (Renaux) à bouffer au Lidl… Et vivre en ville, à Paris surtout, avec un peu de sous, ça te change la vie. Et puis les rencontres, j’ai rencontré beaucoup de connards au États-Unis mais je me suis aussi fait des bons amis comme Dee (Ostrander).

Oscar-Candon-noseblunt-revertNoseblunt revert, Helsinki 2014

Tu vis un peu le rêve américain, quoi…
Ah ah, oui, mais le rêve américain, je ne sais pas s’il existe encore vraiment, il n’ont plus d’eau, ils vont tous crever !

Et si c’est pas l’eau, ce sera le Big One ! Qu’est-ce qui te manque le plus là-bas ?
Mes vrais copains !

Est-ce que le regard des Américains a changé sur toi depuis tes parus dans Thrasher et TWS ?
Oui, c’est arrivé que j’arrive sur un spot aux États-Unis et que des gamins me reconnaissent. C’était marrant. Après, les pros, ils apprennent à te connaître et ça devient tes potes !

T’y retournes quand ?
En septembre, enfin, je vais à New-York fin août avec Supra et de là je vais à Los Angeles pendant deux ou trois semaines, bosser sur cette vidéo Supra.

« JE NE TE CONNAIS PAS, JE NE TE SUIS PAS ! »

Bosser ? C’est vraiment du boulot ?
Oui, mais moi j’aime bien. Je préfère travailler sur un truc concret comme ça plutôt que de faire des montages Instagram toute la journée !

C’est vrai que t’es pas très actif sur Instagram.
Je suis plus passif, oui ! Mais je suis les copains, parce que c’est marrant. Par contre, je ne suis pas les gens que je ne connais pas. Je ne te connais pas, je ne te suis pas !

Et avant les États-Unis, c’est quoi ton programme ?
Repos ! Suède, lacs, pêche !

Entretien réalisé à Paris, le 9 juin 2015.

Donnez votre avis surA propos d’Oscar | Iron Distribution Annuler la réponse

*