A PROPOS DU NUMERO 16 – PAR MDV

Pour certains, le but ultime dans la vie est la Rolex à 50 ans ou la Lamborghini à 21. Pour toute l’équipe d’A Propos (service compta inclus), c’est de réussir à faire un numéro qui plaira entièrement à Nicolas « MDV » Levet. C’est pas gagné…

AP16-MDV

Salut les internautes,

Aujourd’hui, chronique du A Propos n°16 spécial réseaux sociaux. J’ai pas tout compris : il parle pas de Myspace ou Friendsters et encore moins des Skyblog, seulement d’Instagram et Facebook. On va faire avec mais bon, si on peut pas lâcher ces comz ou un « thanks for the add », c’est un peu chiant quoi.

Un petit édito sur l’utilité des réseaux sociaux pour la presse de type skateboard, avec une conclusion qui parait logique « c’est pas les réseaux sociaux qui tuent les mag de skate mais le manque de pub ». Mais je me permets d’ajouter que les annonceurs n’ont plus besoin des magazines de skate car ils ont les réseaux sociaux pour faire la réclame de leur produits manufacturés. Mais il est vrai que les annonceurs on aussi moins de budget qu’au début des années 2000, ils font donc forcément le choix d’une promo moins coûteuse.

Après les quelques publicités on trouve les interviews sur les réseaux sociaux : 10 questions, toutes les mêmes et malheureusement les réponses aussi. L’uniformité du monde du skate est malgré tout toujours bien présente. Le skateboarder professionnel passe entre 45 min et 2 heures sur les réseaux sociaux, ce qui ne parait pas tant que ça quand tu vois des ados dans la rue scotchés à leur portable non-stop, le skateman passe encore plus de temps sur son skate que sur son écran retina de qualité supérieure designed in California. Si tu veux être un vrai professionnel et que tu veux récolter le plus de likes possible sur ton Instagram tu vas devoir poster des vidéos plutôt que des photos et il est important de bien choisir le moment de la journée quand poster ton chef d’œuvre : le lundi à 8h du matin tu vas perdre un gros potentiel de likes et n’oublies pas que plus tu as de likes plus tu es populaire et plus tes sponsors son heureux. Toujours penser à ses sponsors… Le skateman professionnel comme tous les gens de sa génération n’utilise plus Facebook qui est plus un truc de quarantenaire bedonnant voire gros sac, le skateman professionnel utilise beaucoup Instagram (plus facile de partager des photos que du texte ?). Par contre les selfies n’ont pas la cote et apparemment les mag sont encore plus légitimes que les réseaux sociaux. Pour combien de temps ? Le skateman professionnel kiffe encore beaucoup les magazines, mais pour lui c’est aussi un outil de « travail » dans la mesure où c’est encore les mag qui légitimisent le skateman aux yeux de ses sponsors mais encore une fois, pour combien de temps ? C’est dommage de ne pas avoir posé les mêmes questions au skater lambda, ça aurait aussi était intéressant (bientôt sur le site ?).

Interview de Kevin Rodrigues, le skater le plus en vue de France : un pro-model chez Polar ça doit en faire rêver plus d’un, mais moi je préfèrerais un pro-model chez Natural Koncept. Kevin me fait plaisir, ça doit être rare les gens de sa génération qui n’ont pas d’Instagram ou de Facebook, et c’est encore plus dur quand tu es skater « professionnel ». En 2016 il ne faut plus faire uniquement du skate, avoir des photos dans les mag et filmer régulièrement, maintenant il faut aussi avoir un Instagram et des tonnes de followers qui viennent admirer tes prouesses et liker ta vie passionnante et trépidante sur un skateboard au logo de leur marque préférée. Heureusement pour lui ses sponsors le laissent faire mais bon, j’espère qu’il a quand même un compte Tinder pour se mettre bien avec les plus jolies ladyz de Paris.

DroorstalgieDroorstalgie

5 comptes Instagram incontournables : à part @tinderskatespots le reste on s’en bat la race. Je vais plutôt vous donner ma sélection de comptes Instagram incontournables :
@analplug1 : très très bonnes 6 publications, 40 followers. Tout et dans le titre.
@avale.mon.sperme : 1 publication, 50 abonnés, tu as direct envie d’aller voir ça.
@boenbottebottes : Boenbottes fan club, bon il y a juste une publication mais il est bien plus actif sur Facebook
@magalievaeoff : Magalie Vae, sa vie, son œuvre, ses doigts boudinés et son corps de petit roti, on est tous fan, on adore, on partage, on like, on vit, merci Magalie.
@kevadams : Kev Adams, notre humoriste préféré, ça fais vraiment plaisir de partager sa vie, j’aime trop ce mec.
@koolmoeleo : y’a ça aussi, pour tous les skaters bedonnants plein de droorstalgie.

On enchaine avec deux pages sur les Josimards que je referme rapidement pour vite oublier.

Interview de Dave Carnie, le mec qui nous a tous faire rire dans les années 90 et qui a rendu mythique le magazine Big Brother. Désolé les jeunes, pas de Dave Carnie pour votre génération mais bon, vous avez Tinder. Fini de se dépuceler sur le tard et de passer ses soirées à se branler sur le catalogue de La Redoute. Dave Carnie c’était juste la folie, l’article du contest avec tous les top pros de l’époque qu’il avait fait en combinaison moulante de couleur or était juste incroyable. La session en Rollerblade à Burnside aussi, les interviews étaient vraiment bien, les numéros spéciaux aussi (trucks, shoes, noir, blanc, jaunes…). C’est dommage qu’on ne retrouve pas cette folie dans les mag encore vivants.

Le quizz c’est toujours aussi chiant, il faudrait virer cette section pour la remplacer par des photos que les lecteurs enverraient et on pourrait appeler ça « photograffiti », ça tuerait, non ?

ReseauxSociaux_DaIllustration : David Lanaspa

On finit avec une interview d’une psychologue, du jamais vu dans un mag de skate. Elle nous parle des points négatifs et positifs des réseaux sociaux, du narcissisme, des problèmes d’estime de soi à force de mater des vies fantasmées, bref rien de nouveau et encore moins dans le skate jeu : les skatemans de ma génération rêvaient déjà de la vie des pros (forcément la vie d’un jeune adolescent de la banlieue de Grenoble c’était moins glamour que celle d’un professionnel de San Francisco qui gagner 600 dollars par mois). On n’apprend pas grand-chose mais l’illustration est bien, on voit bien la différence entre 1996 et 2016 (par contre en 1996 c’était pas vraiment les skaters lambda qui avaient le budget pour se filmer avec une VX1000).

Le mag est fini et j’ai même pas parlé des photos d’action mais on s’en fout, vous les avez déjà toutes vues sur Instagram.

Je vous laisse je dois rejoindre un « pote » rencontré sur Grindr.

Peace and annihilation

MDV

Donnez votre avis

*