A PROPOS DU NUMERO 19 – PAR MDV

Qui de plus apte à donner son avis sur ce numéro spécial ‘haters’ ? Nicolas MDV Levet, bien entendu, dont le taux de haine baisse en vieillissant (c’est lui qui le dit). Une chronique qui, on l’espère, vous donnera envie d’aller au skateshop du coin y chercher votre propre copie (ou de le commander en ligne ICI) !

ap-19-int-150x225.indd

salut les amis,

Chronique du numéro spécial haters.

L’édito est plutôt long, j’ai bien peur que la génération Instagram ne lâche l’affaire au bout de 2 mots mais je ne peux pas les blâmer, c’est tellement bien de regarder des montages vidéo avec de la musique fun et des mecs qui font des ralentis sur leurs propre tricks, que tu n’as pas le temps pour autre chose. À leur place je ferais la même chose (je m’imagine en train de faire mon petit montage « trop bien ce flip fusée, je le remets au ralenti sur le tube de Jul, à moi les likes ») malheureusement la journée je dois m’éclater au travail et le soir je dois étendre le linge et  faire la vaisselle en écoutant France Inter… On peut pas tout faire, chacun ses passions, respect.

S’ensuit une couverture ou cover pour les anglophones, on y aperçoit un skateman qui fait un flip front par dessus une borne à incendie, original tout comme le nom de sa marque de roulement. Pradel comme le nom officiel de « hôtel de ville » le meilleur spot de Lyon… Et pourquoi pas une marque de planche du nom de sa rue ? Ah merde, c’est déjà fait : Brown nose skateboards.

Après quelques réclames toutes aussi folles les unes que les autres, mention spéciale pour le jean de Collin Provost. Personnellement je vous préviens si je vois quelqu’un avec ce jean je lui fais manger des roulements Pradel par le cul.

Petite question pour nos représentants du skate jeu moderne : « qu’est ce que tu détestes dans le skate ? ». Je vous passe les réponses elles sont toute aussi fades les unes que les autres, JO, la mode, etc. Je préfère encore me mater un mec qui se brise un pot de confiture dans le cul. J’ai oublié de parler des photos mais en 2017 tout le monde s’en bat la race des photos…

Interview de Gary Rogers pour remonter le niveau mais il devrait élever un peu sont taux de haine. Si te ne reçois pas de menace par mail c’est que tu deviens consensuel, réveille-toi Gary.

Skatouze1

Encore une interview, celle-ci des créateurs du célèbre magazine ‘skatouzemonde’. Déjà deux numéros à leur actif depuis 2012, on peut s’attendre à un numéro spécial JO en 2020 peut-être. En attendant vous pouvez les suivre sur Skyblog, lâchez vos comz !

« Comment être un hater en 5 leçons », c’est plutôt juste mais si vous voulez faire ça à haut niveau vous devez aussi être prêt à résister à la pression. Je conseillerais même un team building pour vous y préparer avec toute votre équipe média. Le tarif est de 10000 euros la semaine de séminaire qui comprend trois workshops :
1/modération des commentaires, les us et coutumes, que faire en cas d’harcèlement, l’importance des commentaires anonymes ;
2/le SAV, comment encadrer sa hotline et que faire en cas de litige avec un ponte de l’industrie du skate jeu ;
3/watch your back, coment protéger ses arrières, que faire en cas de RDV sur un parking de centre commercial un jour férié pour s’expliquer entre hommes virils.
Pour les personnes intéressées, merci de laisser vos coordonnées à la rédaction.

Interview Guillaume Colluci. Le mec arbore des shorts de basket et un sac Nike de filsdepute avec des cordes en guise de lanières. Tout est dit, du balai.

Brian Anderson s’en bat les couilles des haters et préfère dire « je n’aime pas » qu’être plein de haine. Bon tout le monde dit des conneries, je vais rester sur sa part’ dans la Welcome to hell et oublier cette interview.

Pour un numéro spécial haters c’est malheureusement plutôt soft, pourtant en 2017 c’est pas les sujets qui manquent même si Taïg Kris ne fait plus la promotion de céréales acidulés, on a de quoi se mettre sous la dent. Réveillez-vous putain, personne n’a vue la dernière vidéo TWS, l’Instagram de Nyjah Huston, l’entrainement de l’équipe de France, la moitié des professionnels du skate jeu en chaussures d’équipementiers sportifs, la mort des magazines au profit d’Instagram, les collectionneurs de boards, etc.

Je vous laisse j’ai rendez-vous pour faire de la slackline torse nu et jouer au mölkky en buvant un jaune.

Nicolas

Donnez votre avis

*