BRIAN ANDERSON & NICK JENSEN INTERVIEW

(Scroll down for English version)

Si Nick Jensen a fait les Beaux-Arts et manie le pinceau depuis un bon bout de temps, Brian Anderson ne s’est mis à la peinture que récemment. Autant de différences que de points communs pour qu’ils aient quelques toiles exposées au même endroit la semaine dernière à Berlin.

Nick_BA_berlinPhoto : Marcel Veldman

« FAIRE DU SKATE EN DONNANT L’IMPRESSION DE NE FAIRE AUCUN EFFORT »

Quand vous êtes-vous rencontrés pour la première fois ?
BA : Ça devait être il y a cinq ou six ans.
NJ : C’était un tour Fourstar.
BA : Ouais, je crois bien que c’était ça.
NJ : Mais quand j’étais petit, j’avais vu Brian et Brad Staba à une démo Toy Machine à South Bank, et depuis c’est resté un de mes skaters préférés…

Quelle est la première vidéo part que vous avez vu l’un de l’autre ?
NJ : Welcome to Hell.
BA : Dans un truc anglais, Lost and Found ou un truc du genre…

Brian, quelle image tu avais à l’époque de l’Angleterre ?
BA : J’ai grandi sur la côte Est, à New York, donc l’Angleterre ne me semblait pas si différente car je comprenais les difficultés liées à la météo, le froid, les sols défoncés…

Tu te sentais plus proche de la scène anglaise que de la côte Ouest ?
BA : Bien-sûr ! C’est exactement pareil que là où j’ai grandi.

Comment tu décrirais le style de Nick ? Et Nick, celui de Brian ?
NJ : Grande question ! Le style de Brian bien-sûr est unique, et d’ordinaire on ne dirait pas de quelqu’un d’aussi grand qu’il est élégant sur un skate, en plus d’être puissant.
BA : Nick a une façon très précise de faire du skate tout en donnant l’impression de ne devoir faire aucun effort…

Et d’un point de vu artistique ?
BA : C’est quelqu’un qui prend son temps. Souvent dans des expos, tu peux dire quand le type a fait ça au dernier moment alors que tu peux voir que Nick a pris le temps.
NJ : Je n’ai pas vu beaucoup de trucs de Brian mais j’ai été très surpris par les textures et les différentes couches, des techniques que j’utilise aussi, le côté graphique et la profondeur des images. J’aime bien quand il y a différentes couches, certaines étaient même poncées, ce qui donnait un côté mystérieux à l’ensemble… J’aime bien aussi le côté léger du coup de pinceau, et d’une certaine façon, ça se rapproche de sa façon de skater.

Pensez-vous que ces peintures seraient différentes si vous n’aviez jamais fait de skate ?
BA : Je ne veux pas parler pour Nick, mais si tu es un skater et que tu aimes la peinture, tu es bien souvent en train de personnaliser des choses que les autres personnes ne font pas. Pas qu’on soit une élite ou quoi que ce soit, mais oui, je pense que ce serait différent si on ne faisait pas de skate.
NJ : C’est une question difficile, mais c’est une bonne question ! Je pense la même chose, en skate tu as cette envie d’apprendre, et s’il fait mauvais tu as une certaine frustration, une motivation, de la patience et de la détermination qu’on retrouve dans la peinture… En skate autant qu’en peinture, ce sont des idées que tu as envie de réaliser physiquement…

C’était ma prochaine question, les similitudes entre le skate et la peinture…
NJ : J’y ai déjà réfléchi, c’est différent et c’est ce que j’aime avec ces deux choses. Je passe beaucoup de temps dans mon atelier et au bout d’un moment, j’ai juste envie d’aller skater pour oublier la peinture… Je pense que c’est assez similaire dans le sens où ton corps réagit un peu de la même façon, selon la surface ou l’objet.
BA : Je pense que c’est comme toutes les formes d’art, comme enregistrer un album ou écrire un livre, et au risque de paraitre un peu ridicule, ça vient du coeur…

Donc le skate est un art ?
BA : c’est comme être un danseur ou faire du patinage artistique, je déteste le mot « sport »… C’est à toi de choisir la façon dont tu veux t’exprimer et de le faire le mieux possible.

tumblr_ojmtieE45O1thqqq1o1_r2_1280NJ’s

Comment est perçu votre travail en dehors du skate ?
NJ : Se lancer dans la peinture est un long travail. Récemment, je me suis poussé à adopter une sorte de routine en allant dans mon atelier et j’ai parfois des journées où ça vire à l’obsession, mais vu que je n’ai fait aucune expo depuis février 2016, c’est difficile de dire comment les gens perçoivent mon travail…
BA : Je ne suis pas peintre. Ce n’est que très récemment que je me suis mis à peindre un peu plus sérieusement. J’ai été trop occupé ces 20 dernières années et ce n’est que depuis deux mois que j’y consacre plus de temps. Mon père peignait, il n’a jamais été connu pour ça mais je pense que ça vient de là. Mon grand-père faisait aussi de la peinture donc je pense qu’il y a quelque chose en moi depuis bien longtemps…

Combien de temps vous passez à peindre, comparé au skate ?
NJ : environ 3 jours par semaine.
BA : pour moi ça dépend du temps. Comme j’habite à New York, l’hiver est froid donc je ne skate pas autant que l’été. Je skate tout le temps, je me déplace toujours en skate mais maintenant que j’ai arrêté ma marque de boards, j’ai plus de temps pour peindre. Je dois passer deux ou trois jours par semaine dans mon petit studio à peindre. Les autres jours, je skate.

Qu’est-ce que vous vous voyez faire, dans 10 ans ?
NJ : pffffff… Aucune idée. J’aurais sûrement deux enfants et j’aurais suivi le même chemin que Colin Kennedy (qui est aujourd’hui European Team Manager pour Nike SB – NDLR) !
BA : J’aurai une marque de vêtements après avoir bossé pour Nike. Tu sais quoi ? La mode peut paraître superficielle mais je pense que c’est faux. C’est une bonne chose que les gens se sentent bien dans leurs vêtements en allant travailler. C’est ça que j’ai envie de faire dans 10 ans. Je ferai toujours du skate, et je compte aussi m’engager dans des projets solidaires. Sérieusement.

Entretien réalisé le 18 janvier 2016, à Berlin.

BA_BerlinPhoto : Dennis Scholtz

« CHOOSE THE WAY YOU WANT TO REPRESENT YOURSELF.
AND DO IT THE BEST YOU CAN »

 When did you guys first met ?
BA : Probably five or six years ago.
NJ : It was on a Fourstar tour.
BA : Yeah, I think that sounds about right.
NJ : But when I was a kid I saw Brian skate at South Bank, I think it was a Toy Machine demo with Brad Staba and he’s always been one of my favorite from back in the day.

What is the part video part you remember watching of him ?
NJ : Welcome to Hell.
BA : Something from the UK, like Lost and Found or something…

Brian, what was the image you had of the UK from the US ?
BA : I grew up on the east coast, New York, and when I saw footage from England, it felt very familiar because I understood the weather, the rain, the cold, the terrible ground…

So you would relate more to the english scene than the west coast ?
BA : Definitely. Yeah, It’s exactly like where I grew up.

How’d you describe each other’s style ?
NJ : Ok, big question ! Brian’s style is quite obviously unique, normally you wouldn’t associate someone so tall to be some kind of elegant on a skateboard. And he’s also powerful at the same time.
BA : Nick has a way of being very detailed and doing things on a skateboard sort of effortless…

And artistically speaking ?
BA : He’s somebody who takes time. Often times you go to art show and you can tell it’s somebody who did it last minute, and you can tell Nick spends time painting…
NJ : I haven’t seen that much work that Brian has put out before but I was really blown away by the textures and the layers which I’m really interested in painting myself too, the graphic shapes and the sense of depth within the image. I think it’s quite cool when you have layers and some that he sands back, so there’s quite a lot of mystery in there. I also like the light handling to the work and in that sense it quite of relates to his skateboarding.

Do you think your paintings would look different if you never stepped on a skateboard ?
BA : I don’t want to speak for Nick but I think being a skateboarder and when you’re interested in painting, you always customize things that not other people would do. Not that we’re elite or anything… So yeah, I think it’d not be the same if we weren’t skateboarders.
NJ : It’s a hard question. But it’s a good question ! I think the same, like in skateboarding, you have some kind of drive to learn something, and also having to do with like the weather that would not let you get the trick, so the frustration, the pushing through it, that kind of patience and determination, I think that comes out into your work… Having ideas and wanting to make them into physical form…

That was actually my next question, about the similarities between a blank canvas and the beginning of a new part or just getting to a new spot…
NJ : I’ve thought about this before, it’s so different but that’s what I like about the two activities. I spend a lot of time in the studio painting and then I just wanna go and skate and forget about the painting so I think it’s kind of similar in terms of how your body reacts to the object or the surface.
BA : I think it’s like any kind of art form, like recording a album or writing a journal, a book, it’s all coming from you heart. That might sound cheesy…

So skateboarding is an art.
BA : It’s like being a dancer, and ice skater, I hate the word sport, but you just choose the way you want to represent yourself. And you do it the best you can.

How is you art perceived outside of skateboarding ?
NJ : well it takes quite a lot of time to commit to painting. It’s more recently that I’ve tried to establish some sort of routine, going to the studio and having really obsessive days, but I’ve only had one show in February last year, so it’s hard to tell how people perceive it. I don’t know…
BA : I don’t have any kind of art career. It’s very recent for me that I’ve been trying to paint more, so it’s exciting. I’ve been constantly busy for the last 20 years so it’s only been a couple of month that I started painting. My father mas a great painter, he was never successful, but I think I got that from him, and also my grand father. I think there’s a deep root inside me from that.

BA_HotelPhoto : Marcel Veldman

How much time do you spend painting these days, compared to skateboarding ?
NJ : about 3 days a week.
BA : for me I think it has to do with the time of the year because I live in New York. In the winter it’s cold so you can’t skate as much as in the summer. I always skate, I always use my skateboard and now that I have more free time, since I don’t run a skateboard company anymore, I have more time to paint, so I’d say probably like 2 or 3 days a week at my studio space. The rest of the days I skate.

What do you see yourself doing in 10 years ?
NJ : pffffff…. I can’t tell you. I’ll probably have 2 kids and follow the steps of Colin Kennedy !
BA : I want to run a clothing company and work for Nike in the next 10 years. You know what ? Fashion can seem very shallow, but I don’t think it is. When someone is leaving his house everyday to go to work and they’re happy with what they wear, I think it’s a good thing and therefore I want to make clothing. Besides that, skateboarding, and the most important to me is comminting to charity. Seriously.

Donnez votre avis

*