LA CHRONIQUE DE MDV

Le jour où on a décidé de se mettre au skate, et je suis certain que c’est le cas pour 99% d’entre nous, c’est parce que ce n’était pas un ‘sport’ comme les autres… Alors pourquoi certains tiennent tant à vouloir faire du skate un ‘sport’ comme les autres ? On ira leur poser la question un de ces jours. En attendant, Nicolas « MDV » Levet (qui lui-même n’était pas le dernier à participer à des contests à une lointaine époque) s’est tapé un épisode de la Coupe de France (de skate) et ne l’a pas très bien vécu…

Salut les petits loups,

Je viens de mater les championnats du monde de France de skateboard sur Youtube et les commentateurs m’ont tellement foutu la haine que je ne peux pas m’empêcher de vous faire un petit texte acidulé sur cette merde qui a envahi notre monde. Je sais pas si c’est les Jeux Olympiques ou le succès des marques de type équipementiers sportifs mais il n’y a plus aucune limite, tout est permis, personne ne dit rien. Le skateboard serait-il vraiment mort ? Le skateboard je ne sais pas mais pour ces deux types, le skateboard en tant que sport est plus que vivant.

Au bout de deux minutes on vous parle de « play off », d’athlète, d’équipe de France, d’aller chercher des points, etc. C’est juste fou, les mecs vont même jusqu’à parler de la « tribune » du skatepark. Ils sont tout contents d’avoir un putain de skatepark avec une putain de tribune, et de surcroit pleine et avec du beau monde (non, pas Patricia Kaas ou Herbert Léoonard mais juste des team managers de marque de type « hardgoods »). On a aussi droit à du placement produit notamment pour Redbull. D’ailleurs quand tu les entends tu as direct envie d’aller acheter une canette de Redbull pour leur faire boire par le cul.

« Je me rappelle de la SLS de Londres l’an dernier quand Vincent a réalisé une sacrée perf, c’était un peu comme la coupe du monde de 98 mais à nous dans le skate ». Quand tu dis « nous » tu parles de qui ? Des beaufs qui s’entrainent dans leur skatepark et qui vont chercher des points avec des maillots de foot ou tu parles de ceux qui font du skate dans la rue et crachent sur toute cette merde à longueur de journée ?

Les mecs ne s’arrêtent pas, ils enchainent punchline après punchline, on se croirait devant un épisode de Strip Tease : « ça c’est de l’original line, il faut dire qu’il vient beaucoup s’entrainer ici » ; « ça fait toujours plaisir de voir le ghetto bird, on l’attend avec impatience » ; « le premier Nine Club de ces championnat de France » ; « c’est pour le gram » ; « il se ressaisit il va aller chercher quelques points quand même » ; « on parle d’utilisation de l’espace et de créativité ».

À la fin du contest il se passe un truc bien fun : deux champions se balarguent sur un gros caisson et un des commentateurs s’inquiète vraiment, il a peur de la blessure pour son champion en pleine saison des contests : « ça serait bête car ils partent après pour le Dew Tour, ça m’arrangerait qu’il arrête » ; « il y a des events après, le Dew Tour c’est un event qui rapporte des points, c’est un five star event ».

Un putain de ‘five stars event’, alors tu vas arrêter de te balarguer sur ce putain de caisson, tu viens faire tes étirements, tu mets du Synthol sur tes jambes, tu manges tes féculents et tu vas te coucher à 20h après avoir lu l’Equipe Magazine !

Le meilleur est pour la fin quand nos commentateurs préfèrés vont interviewer nos champions. Là c’est vraiment la folie, plus aucune retenue : « Quelles sont tes aspirations ? quelles sont tes motivations pour les prochaines échéances ? » Déjà les questions sont folles mais la réponse est juste magique : « les prochaines échéances, d’être sur la première place , on le sait tous, tu fais de la compétition, bien sûr c’est bien de participer mais moi je vois plutôt ça en mode ‘si tu fais la compet’ c’est pour gagner !’ »

Le commentateur acquiesce : « c’est pour gagner ! »,  notre champion continue : « on est là, on se bat tous pour la même chose, le titre ! » ; « moi j’adore ça, je fais ça depuis tout petit ». En fait le sportif du skateboard est arrivé au même point que le connard de droite sous Sarkozy :  il est décomplexé. Du balai les relous qui crachent sur les contests, du balai avec votre skate de rue, du balai avec vos marques « core », du balai les Dickies plein de béton et les t-shirts troués, du balai avec toutes ces conneries du type « le skate c’est pas un sport ». Allez on balance tout ça, on met son survet’, son maillot de foot et on va chercher le titre !

Interview d’un autre champion. Ils commencent direct par lui annoncer son score et là c’est festival : « tu prends les points, tu prends 2000 points, 2000 points c’est pas négligeable » ;  « ça équivaut à la onzième place de Londres à la SLS la semaine dernière, ou même aux alentours de 25ème sur le World Championnship où il y a un énorme niveau ! » ; « c’est pas négligeable du tout ! »

Secrètement on espère tous que le medaillomètre pour les Jeux Olympique sera bien rempli pour les Français, nos champions ont les qualités et les compétences pour avoir l’or, on a déjà tous nos maillots pour les encourager, j’ai trop hâte de sortir faire le tour du quartier toute la nuit dans ma voiture en klaxonnant comme un mec qui finirait dans un duvet accroché à une poutre en bois bio non traité labellisée Max Havelar pendant que des bénévoles de l’association « hainehainehaine » lui font un massage faciale à grands coups de pots de Nutella avec sa graisse de palme hydratante.

Je suis pas du genre à dire c’était mieux avant mais bon, avec Pouchtouf ou Daurel au micro des coupes de France, c’était pas forcément la folie mais au moins on était loin de toute cette merde de type « Stade 2 ».

Je vous laisse, je vais prendre mon abonnement à l’Equipe Magazine et penser à un monde meilleur en dégustant des plats en vérrine dans ma cuisine avec son ilot central qui brille de mille feux.

MDV

Donnez votre avis

*