LA CHRONIQUE DE MDV – GIDDY #11

Si vous êtes sur Instagram, vous n’avez pas pu passer à côté. Vous avez probablement vu les meilleurs tricks trois ou quatre fois et vous avez fini par trouver ça dommage de vous faire spoiler une perle pareille juste pour quelques likes. Enfin bref, Nicolas « MDV » Levet lui, n’est pas sur Instagram et n’a donc pas eu ce problème.

Salut les marsouins,

Je vous rassure toute de suite vous n’aurez pas droit à mon journal de confinement ni à un live dans ma cuisine en duo avec Lady Gaga. Non je vais rester authentique et faire une chronique pleine de haine engagée contre le port de vêtement de type clownesque et les musiques de merde type « les mots bleus » de Christophe.

Pour ceux que ça n’intéresse pas je ne peux que vous conseiller mes deux youtubeurs/euses du moment : Joseph Garbaccio, qui m’a fait comprendre que le skateboard était définitivement devenu un truc de beauf et que l’on ne reviendra plus jamais en arrière. RIP le skateboard, vive les JO 2020 ou 21. Et Aurore Gambin, pour rester dans le style beauf de France, c’est juste parfait. Des retours de courses plein de frites congelées et de saucisses pur porc, des recettes type gratin aux saucisses ou bien spaghettis enfilés sur des « naki », des vidéos ‘budget’ pour savoir comment gérer sont « réssa », tout est là les frères je vous laisse savourer cette chose, RIP l’humanité.

Peu de vidéos sortent en cette période de confinement mais je ne pouvais pas passer à côté de « Giddy #11». Une production française c’est toujours mieux à chroniquer pour pourrir l’ambiance du skate-jeu français.

Pas d’intro c’est déjà une bonne chose. J’ai l’impression que c’est bien passé de mode les intros relous avec des ralentis sur des pigeons et des images de couché de soleil type Ushuaia que l’on pouvait trouver dans les vidéos TWS. Fini aussi le 8mm bien relou qui fait chier toute le monde, comme quoi il reste encore des trucs positifs dans le skate-jeu en 2020.

Edouard Depaz : Comme je suis un bon quarantenaire bedonnant, je ne connais pas ce M. Depaz. Je me retrouve un peu comme la belle Amel Bent dans sont fauteuil de l’émission The Voice à juste devoir juger un candidat sur sa voix. Heureusement moi j’ai les images, qui commencent très mal avec des Vans ‘slip on’ à damier (une pensée pour tous les amateurs de tektonik). Hormis cet accessoire ridicule et le port de la moustache, M. Depaz s’en sort plutôt bien. J’ai même kiffé le wallride nollie out sur la voiture. Sinon la musique de sa part’ est tellement à chier que du coup j’ai trouvé ça plutôt plaisant.

Valentin Bauer : attention fashionista. On a droit à la panoplie de type « Supreme Cherry » le pantalon bien remonté, le marcel, le petit bonnet d’été et les Vans’ slip on’ (on retrouve encore les damiers, RIP la tektonik). Pour sa défense, en 1993 je déambulais avec un baggy énorme vert pomme et des Vans ‘Chukka’ couleur moutarde, j’étais vraiment au top du « ridicool », je peux donc comprendre Valentin qui aime se déguiser comme ses héros. Mais bon, j’avais 16 ans…

À part ça la musique est juste horrible, une espèce de cold wave pourrave du genre faite par un gothique sur son PC après un mois de confinement et des tonnes de branlettes, genre ça. Le skateboard sauve un peu tout ça même si ça reste très court. Mon trick préféré : Dustin Dollin en trottinette électrique.

Jospeh Biais : Il utilise la même musique de gothique bien confiné, les pantalons sont aussi bien trop courts. J’ai bien aimé le wallride bluntslide shove it. Enfin je préfère matter Aurore Gambin enfiler des « naki » sur des spaghettis, j’apprends plus de choses.

TubeUn jean tube de qualité supérieure

Lilian Fev : Bizarrement il est fagoté comme les autres, la musique est aussi chiante et les tricks se ressemblent mais c’est un cran au-dessus quand-même. Le dernier boardslide est bien fou, l’espèce de wallie sur la barrière de type CRS est top.

Ensuite on enchaine avec un passage de type « on a tous des jeans tube trop courts et on fait tous des boardslides ». Gros moment de fun, j’ai même vu un des protagonistes avec un mousqueton avec les clefs de sa maison accroché à son « dad jean ». Merci, vous m’avez foutu la haine pour la soirée, déjà que je passe mes journées à faire l’école à la maison à reviser l’imparfait et le présent avec mon fils en CE1, si en plus vous me niquez mes soirées avec vos conneries, je vais pas m’en sortir vivant. Dès que je peux me réapprovisionner en duvet et en poutre de qualité supérieure, il va me falloir pas mal de bénévoles pour nettoyer tout ça.

Marca Barbier : Attention son pantalon touche ses chaussures, ce qui prouve une certaine ouverture de la part des ses camarades qui l’ont accepté malgré ce gros défaut. À par ça, il y a quelques tricks surprenants (le boardslide autour de l’arbre) mais voilà, j’ai pas l’impression qu’il va finir dans l’équipe de France de skateboard. Encore un qui fera pas les JO. C’est bien sympa la « street part » mais nous on veut des médailles, on veut voir des tricks de gagnant dans des skateparks couverts, on veut des jeunes torse-nus en survêtement qui niquent tout dans le stade, quoi.

Rémy Taveira : Meilleure part’ de la vidéo juste pour le hippie jump sur l’espèce de fontaine à Paris. Ça m’a rappelé Tom Penny au contest de Lausanne en 1996, le jean tube en plus.

Pour finir, c’est une part’ de type « miscellanées » pour employer un terme technique. Pas la meilleure façon de terminer une vidéo mais ça a le mérite d’être original. On retrouve des personnes connues et d’autres moins connues, rien de fou non-plus, j’ai quand-même cru apercevoir Dustin Dollin rouler après un trick, ce qui est toujours agréable à voir.

Je vous l’accorde je suis un peu taquin, c’est pas très fair-play surtout en pleine crise sanitaire, je vais donc me rattrapper un peu. Oui les vêtements de type « Supreme Cherry » c’est ridicule et ça peut en énerver certains (surtout les gens pas très ouverts d’esprit comme moi) mais bon, passons. Le vrai problème dans le skate-jeu c’est pas les vêtements ni le fait de copier tout ce que FA ou Supreme fait, le vrai problème c’est les sportifs. Avec les putains de Jeux Olympiques on s’est fait envahir comme des cons, on ne les a pas vu venir, trop occupés à se regarder dans la glace pour voir si le t-shirt était bien rentré dans le jean tube. Fini les divisions, il va falloir rester unis pour combattre le virus du sportif. Il va falloir se battre pour détruire tous ces putains de clubs de merde, tous ces skateparks en mousse, tout ce délire d’équipe de France de f*****. Sérieuseument on attend quoi pour reprendre le pouvoir ? C’est bien beau de faire des wallies avec une moustache et des chaussures sans lacet mais c’est pas suffisant.

Allez, levez les doigts, tous les doigts ! On vous fait confiance : plus jamais de 20%, plus jamais, nous serons toujours contre. C’est ça le mouvement de la jeunesse ! Le mouvement de la jeunesse ! Alors à toute les manifestation sportives, soyez là, soyez présent et empêchez les. Car nous sommes noirs, nous somme blancs, nous sommes jaunes. Et ensemble nous sommes de la DY-NA-MY-TE ! 1-2, 1-2-3-4 La Jeunesse emmerde  tous les sportifs !

1989

Donnez votre avis

*