LA REVUE DE PRESSE

A part le fait d’être gratuits, le principal point commun entre ces trois magazines est qu’ils ne contiennent qu’un seul article rédigé et 2 interviews. Le reste n’étant que des photos, on serait en droit de se demander ce qu’il est advenu de toutes ces rubriques qui faisaient les magazines « à l’ancienne ». Probablement sur internet. Reste à savoir où trouver du contenu de la même qualité que ce proposaient ces magazines…

Revue5jan

Grey vol.2 issue 7
Avec très peu de photos en couleur, une maquette et un fond inexorablement blanc, Grey porte bien son nom et heureusement qu’il y a les pubs pour mettre un peu de couleur là-dedans. Centré sur l’Angleterre, le mag est principalement constitué d’interviews, avec de temps à autres l’autre grand classique du magazine de skate : une tournée dans le nord de l’île ou ailleurs, et ce numéro n’échappe pas à cette règle. Côté distribution, à la différence de Barrier et North, Grey est disponible dans bon nombre de skateshops en Europe, notamment en France (la liste des shops est disponible sur le site).
Interviews : Harry Lintell, Yann Horowitz. Tour : Malmö. 72 pages.
www.greyskatemag.com

Barrier #5
Tiré à 500 exemplaires, Barrier est un petit mag polonais difficile à trouver et ce cinquième numéro est le premier sur lequel j’arrive à poser la main. Dans la forme, c’est assez proche de Grey : même format (A5 avec deux agrafes), des photos noir et blanc très contrastées sur fond blanc et une mise en page sobre. Seul le papier glacé diffère. Je ne sais pas s’il en était de même avec les numéros précédents, mais celui-là est livré avec une feuille A4 pliée en deux sur laquelle les textes sont traduits en anglais. Au-delà de ça, Barrier démontre que contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, la Pologne est loin d’être à la traîne en matière de skateboard.
Interviews : Krzysiek Poskrobko, Danny Fuenzalida. Article : Varsovie. 60 pages.
www.barrierskatemag.com

North #5
L’élément majeur qui caractérise ce magazine lancé en 2011 est que le numérique y est totalement banni. L’avantage de l’argentique est qu’il offre tout un panel de formats différents : panoramique, moyen format, 24×36 classique, et que les photos n’ont pas toutes le même aspect comme dans la plupart des autres magazines où chaque image est parfaitement calibrée, retouchée, recadrée… C’est un parti-pris contestable pour un magazine mais qui, à l’époque d’Instagram et du tout numérique, fait la part belle aux photos physiques non-instantanées et limitées qui ont quasiment disparu du skate. Pour ça, North se rapproche plus du bouquin que du magazine.
Interviews : Daniel Nicholas, John Bradford. Article : Dylan Rieder. 116 pages.
www.northskatemag.com

Donnez votre avis

*