LES NOUVELLES DE LA RENTREE

Plus il s’institutionnalise, plus le skate a besoin que des voix s’élèvent pour dénoncer ses récupérations et ses dérives. Disons que sans opposition, la démocratie n’existe pas. Et qu’on ne vienne pas me dire que le skate doit rester loin de la politique quand le ministère de l’Education nationale certifie des formations supérieures liées au skate, quand le celui de la jeunesse et des sports arrose « la fédé », quand les mairies prennent des arrêtés contre ou quand elles lancent un appel à projet de skatepark juste avant les élections, ou quand des municipalités incluent des skateurs dans leurs plans d’urbanisme… 

Duvet_et_poutreIllustration : Dacoffeetime

Si vous avez suivi l’embrouille avec Big Spin Podcast sur Instagram la semaine dernière, ouais, c’était assez pathétique, mais ça aura permis de découvrir un peu leur état d’esprit : condescendance, autocongratulation, pro-Louis Vuittonisme et j’ai-du-mal-isme « avec les alternatives »… La liste est au moins aussi longue que la mienne. Ce qui est sûr c’est qu’avec ce genre de discours, le jour où il faudra descendre dans la rue, c’est pas du côté des manifestants qu’on les trouvera !

Le désormais traditionnel Slappy Challenge se tiendra le 19 ou le 20 septembre à Lyon, toujours au même endroit le samedi, avec en bonus le dimanche le petit déj’ chez Wall Street et un best trick à HDV. Ça va être compliqué de garder les distances, mais faites gaffe quand-même !

Visiblement, faire partie de l’équipe de France de skate (ça fait toujours très bizarre d’écrire ça…) implique de devenir Youtubeur. Si vous avez plus de 16 ans, peut-être êtes-vous passé à côté de ce phénomène dont certaines vidéos dépassent déjà les 100 000 vues. Et si vous êtes sociologue (voire psychologue), on ne saurait donc mieux vous conseiller ces vidéos fascinantes d’inconsistance proposées par ceux qui porteront les couleurs de la France à Tokyo l’année prochaine. Si vous êtes ni sociologue ni psychologue par contre, sachez qu’il existe des formations en ligne pour le devenir et pouvoir ainsi, dans un futur plus ou moins proche, visionner ces vidéos avec le recul nécessaire pour les apprécier pleinement.

A l’opposé des ego-trips et des sponsors de luxe, il existe des skateurs qui essayent de changer le monde et de réduire, tant qu’ils peuvent, les injustices. Ils sont quelques dizaines dans le monde, et parmi eux l’équipe de Wonders Around The World, qui construisent des skateparks dans des endroits où personne n’a vraiment envie d’aller (Irak, Syrie, etc.), bénévolement, juste parce qu’ils savent que le skate peut changer la vie. Pour fêter leur première année d’activisme, ils ont réalisé un zine qui raconte toutes leurs aventures les mains dans le béton. A lire absolument (même si c’est chiant sur écran)… Les vrais héros du skate, ce sont eux. (D’ailleurs mes potes philanthropes en Louis Vuitton de chez Big Spin Podcast avaient fait un épisode sur deux activistes français en 2018, Jean-Marc Soulié et Lisa Jacob, à écouter ICI.)

WAWCliquez et lisez donc

A Paris, la rentrée s’annonce croustillante avec l’ouverture, à c’qu’il paraît, de plusieurs nouveaux skateshops, dont une succursale de Arrow & Beast (un skateshop allemand également distributeur de marques putain de géniales) dont la légitimité en France reste à prouver… Enfin, y’a bien encore que A Propos pour croire que la légitimité sert à quelque chose dans l’business… Du même côté de la Seine, la boutique de sneakers Shinzo ouvrira « le 39 » dans le quartier Etienne Marcel (entre Day Off et Starcow, quoi). Tout ceci laissant augurer un automne un poil plus passionnant qu’une vidéo d’Aurélien Giraud en train de monter sa board.

Jusqu’à preuve du contraire, la cinquième édition du Paris Surf & Skateboard Film Festival (24-27 septembre) est maintenue malgré la situation sanitaire incertaine. Les gestes barrières, le gel hydroalcoolique et les masques n’empêcheront pas les films d’être projetés dans les salles (on parle de films indépendants liés au skate et au surf, hein, pas de vidéos « classiques »). Le jury sera composé de gens dont la crédibilité, que ce soit dans le skate, le surf ou l’audiovisuel, n’est plus à prouver. Bref, ça devrait être cool ! Plus d’info ICI.

A Bordeaux, la sulfureuse Shifty School accueillera à la rentrée ses premiers étudiants. Ces derniers pourront dés la fin de leur formation, un diplôme d’état en poche, aller refourguer le skate à tous les Louis Vuitton du monde sans même avoir eu besoin de poser le pied sur une board. « À travers la passion du skateboard et sa culture DIY (Do It Yourself), Shifty permet aux étudiants de développer leur créativité et de devenir des experts agiles de la communication digitale. » DIY et communication digitale dans la même phrase, il fallait oser ! Et à 7000€ l’année, on est plutôt sur du DIY de luxe ! Quand l’opportunisme atteint des sommets, j’y colle toujours un peu de mauvaise foi !

Du côté de Cherbourg, les bons bougres de WE RUN CUC fêtent les 10 ans de leur asso et invitent tout le monde à venir skater avec eux, le 12 septembre, au bien nommé Skatepark Napoléon. A défaut de médailles, y’aura des euros et des boards, ça peut servir.  Allez-y !

LesCouleursDeLaFranceLes couleurs de la Fronce !