MADE IN EUROPE – Part 3

C’est quoi une marque de boards, après tout ? Un logo, des pros, des vidéos… mais d’où viennent les plateaux ? D’obscures usines en Chine pour la plupart et d’une poignée aux Etats-Unis et au Mexique. Et puis il y a les petits, les artisans du skate qui se sont mis à presser eux-mêmes des planches. Des vraies boards. Voici quelques alternatives, fabriquées en Europe.

Part 3 :
RELIC CUSTOM SKATEBOARD (France), SIMON ANTOINE (France),
FREDDY MOUSTACHE (Belgique)

RELIC2Relic

_________________________________

 RELIC (France)

Tu fais des boards de street ?
Clément Florac : Oui, street et bowl, pas mal de boards larges avec des shapes marrants.

Quelle différence il y a entre les boards que l’on trouve en skateshop et les tiennes ?
Elles sont toutes différentes sauf quand je fais des séries mais c’est assez rare. Donc quand tu veux une board c’est un peu comme commander un planche de surf à un shaper, tu vas me dire ce que tu veux comme type de board et je vais te proposer un graphique aussi. Je fais aussi des boards qui sont achetées une fois faites donc ça me laisse carte blanche. Évidemment ça me prend énormément plus de temps à faire que des boards de shop classiques fabriquées en Chine donc elles sont assez chères (entre 80 et 90 euros si je me prends beaucoup la tête surtout pour le graphique). Mais j’essaie de rester dans des prix cohérents pour une board puisque je skate aussi et je comprends bien le fait de ne pas mettre cent balles dans une planche pour la fumer en un mois !

Combien tu penses en avoir pressées depuis le début ?
Je dirais une vingtaine, peut être un peu plus…

RELIC1Clément par @layannis

Quel bois et quelle colle tu utilises ?
De l’érable canadien et de la colle Titebond 3. C’est la colle la plus efficace je crois.

Tu bosses à côté ou tu as décidé de te lancer dans la fabrication de boards à fond ?
Non, je fais ça vraiment pour moi sans pression pour me faire marrer parce que je kiffe ça. À côté je fais des études d’ébénisterie. Je ne sais pas si je me lancerai à fond comme activité pro, en tout cas pour le moment c’est clair que ce n’est pas viable financièrement je fais vraiment ça pour me faire kiffer.

Je ne me rends pas compte à quel point c’est compliqué de presser ses propres boards… C’est quoi la plus grosse difficulté ?
Je dirais que le plus compliqué c’est d’avoir un bon moule avec un concave parfait. Vu que je ne le commande pas tout fait (ça coûte extrêmement cher) et que je le fais moi même j’ai dû faire plein de ratés avant d’avoir un moule qui me corresponde. Sinon c’est les petits détail qui font que la board fonctionne bien genre la wheelbase, la taille du nose et du tail en fonction de ton moule. Ce sont les petits détails comme ça qui font aussi que la board est cool à skater ou vraiment naze. Je te parle de ça avec les outils que j’ai à disposition. Si j’avais un atelier vraiment équipé avec toutes les machines nécessaire à la moindre étape ce serait pas la même histoire.

Tu es basé où ? Comment on fait pour te commander une board ?
À Fontenay-sous-Bois, juste à côté de Paris. Pour commander en général c’est en MP. J’avais un site internet comme projet mais c’est pas encore prêt du tout.

Comment tu fais pour les décos des boards ?
Pour le moment je fais Posca, bombe, avec beaucoup de masquage et je commence tout juste la linogravure. Chaque modèle est unique donc.

Faire des decos comme les grandes marques ça a l’air encore plus compliqué que de faire les boards elles-mêmes…
Faut avoir des machines spéciales mais qui servent vraiment si tu fais des boards en série. Sinon ça sert carrément à rien. Mais la linogravure m’a l’air d’être une bonne solution pour les petites séries.

C’est quoi précisément ?
En gros tu graves une plaque de lino et ça fait comme un gros tampon Après tu joue avec plusieurs tampons et couleurs…

@relic_custom_skateboard

RElicLa presse de Clément

 _________________________________

 SIMON ANTOINE (France)

Tu fais des boards de street ou juste des cruisers ?
Simon Antoine : Ce sont des boards de street… Kingsize… Ou de courbe. Je fais aussi des boards plus longues pour cruiser… Mais toujours avec un shape street. Personnellement je ne fais que du street, mais je ne suis pas un flatlander !

De quand datent tes premières boards ?
De début 2000. JP Trioulier et Sergio Cadaré furent les premiers à tester mes planches… La session ou JP fait flip sur le 7-plat-6 à Malraux et Sergio ollie… Après j’ai eu des testeurs de rêve : Guillaume Kanoufi, Romain Jorda, Jérémy Hugues, Virgile Corres… Et après j’ai monté Opus… Mais là les boards n’étaient plus faites maison. Je fais maintenant des boards pour moi. Puis pendant le confinement j’ai posté ma future board une double tail, et là on commencé à me demander des boards. Je ne fais pas de série, je ne fais que des boards sur-mesure. C’est vraiment par passion, je n’envisageais pas d’en faire pour d’autres, ni que cela puisse plaire, et on m’en demande de plus en plus !

Simon_Antoine1

Qui te demande ?
Majoritairement des vieux skaters qui cherchent des shapes qu’ils ne trouvent pas ou n’existent pas, comme la « Natas ». Celle là c’est une demande singulière, le shape de la evil cat de 89 transposé sur un shape moderne, un tail en deux parties, et du concave aux départs du nose et du tail… Un concave plus prononcé à l’avant qu’à l’arrière et une forme de découpe moderne nose et tail « carré » pour que les pieds trainent pas sur les curbs ou coping. Normalement je ne décore pas les planches, mais là ça m a fait délirer de reproduire l’illustration de la Natas. Voilà pour la petite histoire.

Tu as un atelier ?
Non, j’habite dans un appartement et je fais ça dans mon salon. C’est tout ce qu’il y a de plus rudimentaire., je n’utilise aucune machine et je presse sous vide… Je fais tout à la main.

Comment tu as appris la technique ?
Grâce à un ami dont la famille était spécialisée en lamellé-collé qui avait des boards faîtes maison. Son père m’a tout appris. Ça faisait déjà longtemps que je me renseignais sur le sujet, je connaissais la théorie, il m’a appris la pratique… J’ai 43 ans et je skate à Bordeaux depuis que je suis tout petit, c’était un rêve de gosse de me fabriquer des boards.

Tu te fournis où en bois ?
Chez Roarockit, ils ont le bois, le matos, l’expérience.. C’est une famille incroyable, Et je vais intégrer leurs locaux d’ici peu, le rêve.

Tu les vends, tes boards ?
Oui depuis peu, mais je n’en vis pas… Ça me permet juste de payer les frais de me faire mes boards et de me payer mon matos. C’est compliqué l’artisanat !

Vu que tu as vécu l’aventure de la vraie marque de boards avec Opus, quel regard tu portes aujourd’hui sur l’industrie du skate, des marques de boards en particulier ?
C’est cool qu’il y ait des labels, car ça permet à des skaters d’avoir un support pour bouger et du matos à skater. Mais en vivre c’est autre chose… L’industrie, même si effectivement la qualité des boards n’est pas toujours là, permet à des gamins qui n’ont pas trop de thune de se payer une board… Bon, après si elle tient pas une session ça craint ! Mais quand on était gosse le matos était super cher, donc un peu réservé aux familles qui avaient les moyens… Après c’est vrai que toutes les boards se ressemblent un peu mais ça bouge, internet a permis à plein de riders de découvrir d’autres formes et façon de skater. La standardisation c’est un peu la mort… Quand les gens disent que la « mode » du skate s’est arrêtée au début des années 90, c’est surtout qu’on avait que des petites roues, et dans nos vieilles villes farcies de pavés c’était pas évident trouver un spot lisse qui n’était pas antiskaté… Donc j’aime assez la tournure que prennent les choses. Maintenant il y a de tout pour tout le monde.

Natas

Ça revient vraiment moins cher de faire soi même ses boards ?
Pas vraiment, et la difficulté c’est de faire le moule… Faut pas se rater. Et vu le prix de certaines boards en shop, c’est plus un kiff personnel. Et ça demande quand même un peu d’expérience. Et il y a énormément de choix en shops, donc le mieux étant quand-même d’acheter en skateshop, ils ont besoin de nous et on a besoin d’eux, c’est grâce à eux que notre communauté existe, et beaucoup d’entre eux se battent pour faire bouger les villes… Et certaines marques font des boards fabuleuses et produisent de vrais bijoux !

Si tu devais aller t’acheter une board, tu prendrais quoi aujourd’hui ?
Une Board avec une wheelbase de 15 pouces, ce qui n’est pas évident à trouver… Donc certainement une Powell qui en produisent, ou une Welcome. Ou une Madness bien que je n’aie pas une grande confiance dans leur bois… Ou une Polar, j’aime bien leurs shapes, certaines se rapprochent des 15 pouces de wheelbase… La Paul Grund que j’ai connu petit !

@simon.antoine.bdx

_________________________________

 FREDDY MOUSTACHE (Belgium)

When did the first board came out of your workshop?
About 2 years ago the first one was born. It was not a big success. The plies came loose because we where to cheap on the glue. The second one broke in about 2 minutes and the third one lasted 15 minutes. From then things started getting better. When we got the glue part under control we just had to work on the shaping, so now they are on point. They skate good and last quite a while.

How many boards have you made so far?
I think we now made about 50 decks but many more will follow!

FreddyMoustacheWim on the left, Woecher on the right!

What’s the difference between your boards and the classic ones like Girl, Primitive, etc.?
The main thing for us is that they are local made by our hands and not by a huge manufracturing company in China. They are all handmade one by one so I think there is a lot more love and sweat put in them. We try to improve every deck we make and we also try to share our knowledge with other builders.

How many boards can you make in a day?
At the moment 3 a day, depends how lazy we feel or how drunk we are!

Where are your boards available?
We make them in my garage so they are available here, or you can send us something on our instagram.

How do you make the graphics?
Some friends are drawing some cool things so we use their graphics for the printing. We screenprint them at a friends workshop. We used to draw them ourself but it was a lot of work!

How many people work on this project?
We are 2 guys: Wim & Woecher, and some friends that help us with the printing and graphics.

Do you have a « real » job?
Woecher is a fulltime skateparkbuilder for Concrete Flow and Wim is a fulltime astronaut (actually works in a shitty factory but astronaut sounds better).

FreddyMoustache2

If you had to buy a board, what would you get?
The last deck I’ve bought was a old school reissue from Dogtown with the Suicidal Tendencies possessed to skate graphic. If I would buy another deck someday it would be from another DIY skateboard maker, or from a sale for a DIY place. Woecher likes the Creature ones but in the last years he actually hasen’t spent a lot of money on decks. He always buys some of a small non profit organisation to support them. We actually skate with or own decks most of the time, that is if we didn’t forget them at someone else’s place!

@freddymoustacheskate

Part 1 & Part 2

Donnez votre avis

*