PARIS SURF & SKATEBOARD FILM FESTIVAL – LES RESULTATS

L’idée d’un festival de films de skate (et de surf*), c’était de montrer des films en lien avec le skate (pas des vidéos de skate) dans une salle de cinéma, de faire des rencontres, et de faire la fête, aussi. Plus d’un an s’est écoulé entre l’idée et la réalisation, et j’avoue que c’était assez bizarre à la soirée d’ouverture de voir le truc se concrétiser après les centaines (milliers ?) de mails échangés, toutes ces réunions et tous ces cafés engloutis…

pssff___

15 films ont été projetés sur les 4 jours dont 8 de skate (et 4 avant premières ont eu lieu en dehors de la compétition) : 4 court-métrages et 4 longs sélectionnés parmi tout ceux qui nous ont été soumis (ou conseillés). Au départ, il était question de catégories, même qu’il devait y en avoir une avec des films Instagram, et puis finalement, il a été décidé qu’il n’y aurait que deux récompenses : meilleur court-métrage et meilleur documentaire (ils étaient tous longs, plus d’une heure).

Le jury était composé de Pat O’Dell (le mec de Epicly Laterd), Thibaut de Longeville (réalisateur et producteur) et Fred Mortagne. Leur délibération a été compliquée, et puis finalement, tout le monde s’est mis d’accord :

MEILLEUR COURT-MÉTRAGE : Skatekeet.
Un film néerlandais qui suit une jeune skater-girl (j’aime pas « skateuse », désolé) et qui pose la question de la place des filles dans le skate. Un thème assez classique, mais une réalisation impeccable.

 

MEILLEUR DOCUMENTAIRE : I am Thalente.
L’histoire d’un gamin SDF de Durban (Afrique du Sud) qui a élu domicile au skatepark du coin et qui finit par s’en sortir grâce au skate. Classique égalemment mais qui ne laisse pas de marbre. A voir, donc.

Bien entendu, l’équipe du PSSFF et moi-même ne manquerons pas de vous faire signe lorsque ces films (et les autres) seront officiellement en ligne, ou s’ils sont de nouveau projetés dans des salles obscures…

*Pourquoi avoir inclus du surf là-dedans ? Parce que le surf est quand-même à l’origine du skate, parce que personne en France n’avait eu l’idée de faire un festival réunissant les deux, parce que le surf produit toujours de belles images et parce que pourquoi pas. Tiens, bah tant qu’on est là, voilà les deux vainqueurs pour le surf : le court, et le docu.

Donnez votre avis

*