VG SKATERS – OLIVIER ENTE

(Scroll down for english version) Ils font du skate et ne mangent pas de viande. Pourquoi ? Comment ? Sont-ils inconscients ou au contraire, sont-ils conscients ? Aujourd’hui : Olivier Ente, as known as Tavu.

Tavu_par_BDeberdtPhoto : Benjamin Deberdt

« SI JE VOULAIS SKATER APRÈS, AVEC UN VRAI REPAS C’ÉTAIT IMPOSSIBLE »

De quoi était composé ton dernier repas ?
J’ai mangé une banane et des kiwis. J’ai un rythme assez bizarre le midi que j’ai depuis très longtemps : si je voulais skater après, avec un vrai repas c’était impossible.

Depuis quand es-tu végétarien ?
Depuis 2006.

C’est venu du jour au lendemain ?
Dans un sens, oui, mais c’est un truc qui a mûri pendant pas mal de temps. En fait, c’est après l’Expo Skate avec Beautiful Losers et Moving Units à Lille où je bossais. Le midi, en plus du menu ‘normal’, ils proposaient un menu végétarien. Avant ça, je n’y avais pas trop pensé. Je n’étais pas fan de viande alors j’ai mangé végétarien pendant les six mois où j’ai bossé là-bas. C’était bon ! Peut-être que le fait de devenir végétarien était latent, un truc dont je n’avais pas pris conscience avant, et peut-être que ne pas trop aimer la viande était un signe ! Mais je me souviens précisément du moment où j’ai décidé d’arrêter : après cette expérience, on était allé skater en Hollande et on s’était retrouvé au Burger King, et là, je me suis rendu compte que je n’avais pas du tout envie de ça. C’est vraiment là que je me suis dit « je vais pas aller manger ça ! » et que j’ai arrêté définitivement.

« TU TE SENS MIEUX EN MANGEANT MIEUX, QU’IL Y AIT DE LA VIANDE OU PAS »

Est-ce que tu as ressenti un changement, physiquement ou psychologiquement ?
Pas vraiment… Dans un sens, oui, c’est un feeling, tu es en harmonie avec tes idées, mais savoir si le fait d’arrêter de manger de la viande te fait te sentir mieux, c’est pas certain, tu te sens mieux en mangeant mieux, qu’il y ait de la viande ou pas. C’est selon tes envies, quand tu as envie d’un truc et que tu l’as, forcément, tu te sens mieux. Donc dans ce sens-là, oui, sûrement que je me sentais mieux.

Est-ce que ça a été compliqué à faire accepter à tes proches, tes parents ?
Bizarrement, non. Mes parents étaient séparés. Je pensais que mon père l’aurait moins bien pris, et en fait, il était compréhensif, quand j’allais le voir il était presque content de me faire un truc spécial. J’ai été agréablement surpris pour ça. Après, en général, il y a des gens qui ne comprennent pas. Ces gens-là sont ceux qui projettent leur peur à eux, la peur d’avoir des carences ou la peur de remettre leur alimentation en question. Ils vont au McDo sans réfléchir et te disent que c’est toi qui es bizarre…

Comment tu compenses la viande, alors ?
Je ne cherche pas à compenser, j’y vais au feeling. Je pense que si tu manges des trucs dont tu as envie, alors tu auras ce dont tu as besoin.

Tu fais des exceptions ?
Non, mais une fois, en allant chercher des soufflés au fromage, je me suis retrouvé avec l’un d’entre eux qui était au jambon. J’ai pris une grosse bouchée et sentir la texture du jambon par surprise m’a presque donné envie de vomir !

Entretien réalisé à Paris, le 5 février 2017. Olivier vend par ailleurs des tirages de ses portraits de jazzmen via son compte Instagram.

Voir aussi Valentin Bauer sur le même sujet ICI.

Olivier_Ente_NoseManualNose manual, Paris 2017

They skate and they don’t eat meat. How come ? Are they unconscious or, on the other hand, are they conscious ? Today : Olivier Ente, as known as Tavu.

What was your last meal like ?
I had a banana and kiwis. I have quite a weird way of having lunch for a long time : if I wanted to skate, it was just impossible with a proper meal.

When did you go vegetarian ?
In 2006.

It was an overnight decision ?
In a way, yes, but it’s something I thought about for a long time. Actually, it’s after the Beautiful Losers/Moving Units art show in Lille where I was working. There was a vegetarian alternative for lunch. I never really thought about it before that. I was never a big meat eater so I just had the vegetarian meal during those 6 months. And it was good ! Maybe it was somewhere deep in me, something I wasn’t aware of, and not being a fan of meat was a sign… I actually remember precisely the moment when I decided to go vegetarian. We went skating in Holland and ended up at Burger King and that’s when I realized I didn’t want that. It’s really there that I said « I’m not eating this ! » and when I stopped (eating meat- EN).

Did you notice any change ?
Not really… In a way, yes, it’s a feeling, you’re in harmony with your ideas, but I don’t know if it’s only because I quit meat that I felt better, I’m not sure. But you feel better when you eat better, meat or not. It’s up to you, when you wanna eat something and you get it, you feel better. In that way, yeah, I guess I felt better.

How did your parents react ?
My parents were divorced. Surprisingly they were fine about it. I thought my dad wouldn’t be so happy about it but he understood. And when I’d go visit, he’d almost seemed happy to cook something special for me. I have to say that I was pretty surprised about that. There’s always people that don’t understand. These people are too scared to rethink their own way to eat and blame you for their own fears to get CARENCES. They eat MacDonald’s without thinking and tell you you’re the weird guy…

Where do you get your proteins from ?
I don’t look for them. It’s a feeling. I believe that if you eat stuff that you want to eat, then you’ll get what you need.

Any exceptions ?
Only once ! I got myself a few cheese pastries and for some reason one ended up being stuffed with ham. I took a big bite and only the texture of the ham almost made me puke !

Donnez votre avis

*