LA CHRONIQUE DE LA SEMAINE : NICE TO SEE YOU

Marre des chroniques de Nicolas « MDV » Levet ? En voici une comme on en trouvait dans les magazines avant qu’internet vienne bousculer tout ça… Celle-ci est de Bastien Regeste, nerd assumé et activiste multitâche qui finira probablement qualifié de « hater » dans pas longtemps par des ignorants bedonnants derrière leurs écrans !

Bon, il est 22h et me voici en train de rédiger une chronique de la nouvelle vidéo Vans « Nice To See You ».  Tout ça pour gagner l’estime de Tura. Plus sérieusement, cela me plait, je regarde des vidéos h24 et celle-là ne m’a pas échappé. Elle a été diffusée en avant-première virtuelle dans la nuit du 13 au 14 octobre. J’ai donc attendu le café du matin pour découvrir ce long métrage de 44min (oui, il y a encore des full lengths alors arrêtez de dire que c’est Insta le futur). 

Le principe de la vidéo est simple : Covid = pas de voyage = vidéo collaborative avec les riders Vans aux 4 coins du monde ainsi que les réalisateurs locaux. Une sorte de Transworld Cinematographer Project où chacun bosse son montage de son côté et envoie le tout à Greg Hunt, le mastermind vidéo de Vans. La ligne directive est assez simple : des plans en 16mm et des titres similaires pour tout le monde. Un bon concept qui permet de présenter tout le team au global (sauf les Français) et qui prouve, une fois de plus, que la marque Vans est déterminée comme jamais pour reprendre des parts de marché face à Nike qui ne fait plus que des raffles de Dunk.

Bref, la vidéo commence directement par la part de Nick Michel, jeune skateur prometteur de Las Vegas qui ride pour Grenouille Skateboard. Les spots sont rugueux et le blunt slide est complètement fou. Bon ender aussi ! On enchaine directement sur un montage australien avec plein de skateurs inconnus, des apparitions de l’excellent Jackson Pilz et enchaine sur une nouvelle part de Ronnie Sandoval en 2 semaines (cf. Dickies « Loose Ends »), sur une musique bien lente avec des tricks rapides (check le ender !). La suite se compose d’une part de Alexey Krasniy suivi de Notis Aggelis, et on retrouve également des riders de Vans Europe dont notre Victor Pellegrin national ! Le rainbow hippie jump, wow !

Arrive l’équipe japonaise, on peut même voir une board Magenta en HD 16:9 (c’est rare) et c’est au tour du Canadien Dustin Henry : du combo en manual, de la musique type western et une apparition de Rick McCrank en grande forme. S’ensuit un autre montage avec Diego Todd et Pedro Delfino en tête d’affiche (les autres skateurs n’ont pas le droit à leurs noms dans le montage). Des gros drops, un boneless très tendu et un rolling grind qui fait flipper. 

Un mini montage avec la Team China, suivi d’une full part de Breana Geering, la première girl chez Girl Skateboard. Un bon flick sur les switch flips, un très bon hardflip sur un double set et le footage de la cover Thrasher. En parlant de Thrasher, on retrouve la seule part qui a eu le droit à sa publication sur le YouTube de la « bible du skate » : Chima Fergusson qui est plus jeune que je le pensais. 32 ans et ça saute plus que les jeunes de 22 ans qui pensent qu’en faisant des combos de manuals à Bastille en touchant le talon ça va leur offrir un pro model chez Vans. Musique de type émotion pour une dernière part de qualité ! On a envie de lâcher une petite larme en écrivant #soty sur les commentaires de la vidéo. Les tricks en alley-oup par-dessus le rail sont fous et on découvre le fameux ollie sur le 9 plat 9 (à côté du gap que Sheckler faisait dans la Almost Round 3 si je ne dis pas de bêtises).

Voilà, la vidéo touche à sa fin, du bon boulot ! On voit que le budget « colorist » fait la différence lorsque toute l’industrie est forcée de filmer avec une caméra « HD » de 2007 et un fisheye à 3500€ qui n’est plus en rayon… Sûrement une des vidéos les plus qualitatives de 2021 avec une mise en ligne en pleine saison SOTY comme chaque année… Oh ! Il y a déjà une nouvelle part d’Austyn Gillette qui vient de sortir !

- Bastien Regeste

Donnez votre avis

*